Au Mexique, Lopez Obrador impulse une nouvelle politique d’accueil des migrants

Depuis son investiture en décembre 2018, le nouveau président mexicain, Andre Manuel Lopez Obrador, surnommé Amlo, a dû adapter sa politique migratoire face à l’afflux de Centraméricains qui, pour gagner les États-Unis, traversent son territoire.

C’est le baptême du feu pour le gouvernement du nouveau président mexicain, Andres Manuel Lopez Obrador. Une caravane de 2 000 migrants centraméricains traverse actuellement le pays et met à l’épreuve sa nouvelle politique migratoire. Amlo promet à ces exilés un « accueil humanitaire » et « des emplois ».

Le passage de la frontière de la nouvelle caravane de migrants, la troisième en six mois, en est l’illustration. Vendredi 18 janvier, à l’aube, plusieurs centaines de migrants ont traversé le pont frontalier entre le Guatemala et le Mexique ou ont traversé le fleuve Suchiate à bord d’embarcations de fortune faites de grands pneus. Les migrants ont pu traverser la frontière sans être stoppés par les autorités mexicaines et sans affrontement avec les forces de l’ordre.

La veille, selon l’Institut national mexicain des migrations (IMM), 969 migrants en provenance du Honduras, du Salvador, du Guatemala et du Nicaragua avaient franchi le poste frontière d’Hidalgo, qui sépare le Guatemala et le Mexique. Ils se sont vu proposer des visas humanitaires leur permettant de travailler au Mexique ou de poursuivre leur route vers les États-Unis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *